Temps de grâces

Dieu nous accorde sa grâce sans mesure. Nous avons pu constater durant les grandes vacances, à travers diverses activités et célébrations, la joie et la grâce qui inondent notre province voire notre Congrégation. Nous devons être capables de les recevoir et d’en remercier le Seigneur.

Plusieurs frères ont effectué des étapes dans la vie religieuse et sacerdotale : six ont commencé le 15 aout leur noviciat, cinq ont prononcé leur première profession religieuse au sein de la Congrégation tandis que deux ont fait leur engagement définitif. Quatre ordinations sont venues combler ce temps de grâce et de joie : trois ordinations diaconales et une ordination presbytérale. Ces évènements sont des signes permettant de savoir que le Seigneur ne cesse d’appeler des hommes à œuvrer pour son règne et à enrichir notre Congrégation. Nous avons tous le devoir d’animer et d’entretenir notre vocation à la vie religieuse et sacerdotale. Ainsi le Seigneur Jésus nous invite-t-il à prier le Père enfin d’envoyer des ouvriers à son champ. Il est donc naturel et juste que nous nous réjouissions pour ces bienfaits et que nous en remercions le Seigneur.

La visite de deux assistants du Père Général en deux moments différents est également un temps de grâce pour nous. C’est un signe que la Congrégation veille et compte sur nous. Effectivement nous avons pu bénéficier de bons conseils, d’encouragements et de soutiens grâce à la visite du Révérend Frère Didier REMIOT, économe général et à celle du Révérend Père José Miguel DIAZ AYLLON, assistant chargé des assomptionnistes à Madagascar. Ces temps de rencontres et de convivialité avec ces deux frères nous rappellent également que nous ne devons pas nous enfermer dans notre chère île, mais que nous devons nous ouvrir à la vie et à l’œuvre de la Congrégation.

Par ailleurs, le symposium qui nous a permis d’approfondir notre réflexion sur l’encyclique du Pape François, concernant notre saint devoir d’entretenir et de sauvegarder la terre, maison commune pour les êtres humains, et de nous ouvrir à la vie de l’Eglise universelle. Des responsables de l’Église et des enseignants chercheurs dans plusieurs domaines ont aidé les participants durant trois jours à réfléchir sur le message de Saint Père dans « Laudato si’ ». La terre est un don sacré que Dieu a donné à tous les êtres humains de tous les temps dont nous faisons partie. Nous devons donc l’accueillir, l’utiliser et l’entretenir avec intelligence, sagesse, foi et amour chacun selon sa place et son rôle dans la société et l’Église afin que nous et les générations à venir puissent bénéficier de ses richesses.

Certes, nous ne pouvons citer ici tous les bienfaits que nous avons reçus de Dieu, mais ces évènements ont été soulignés et cités ici pour qu’ils ne soient pas des faits qui passeront  sans laisser de marque dans notre vie. Ainsi devons-nous accueillir et faire fructifier dans le quotidien la grâce de Dieu et ses bienfaits. Ceux-ci sont destinés en effet à œuvrer et à opérer en nous. Ne les laissons donc pas couler comme « l’eau qui passe sur le dos des oies ». 

P. Etienne RATALATA

Catégorie: