La jeunesse ! L’homme ne la possède qu’une seule fois

La jeunesse se présente comme une grande étape et un grand événement dans l’histoire de la vie de l’homme. La plupart des êtres humains apprécient le temps de la jeunesse et souhaitent y rester le plus longtemps possible. Ainsi des personnes adultes ou âgées cherchent-elles à rester jeunes par leur manière de parler, de s’habiller, et de se comporter. Il est bon le temps de la jeunesse ! 

L’étape de la jeunesse est cependant un temps pendant lequel les jeunes ont besoin d’être formés et entretenus spirituellement et humainement. Ainsi l’Eglise cherche-t-elle à travers diverses activités pastorales à leur apporter une formation intégrale qui leur permette de devenir des adultes responsables. C’est dans cet objectif que le Pape François a convoqué un synode des jeunes l’année dernière. En plus des JMJ qui réunissent des millions de jeunes de tous pays, de toutes cultures, la grande île a organisé l’année dernière les JMJ Mada 9 qui ont réuni plusieurs dizaines de milliers des jeunes. De même chaque diocèse propose plusieurs activités concernant les jeunes. Comme l’Eglise qui voit la nécessité de la pastorale des jeunes, les assomptionnistes doivent œuvrer pour ce genre de pastorale. Nous ne pouvons pas oublier que c’est au sein du collège « Notre Dame de l’Assomption », lieu de formation pour les jeunes, que le Père Emmanuel d’Alzon a commencé la fondation de notre Congrégation. La pastorale des jeunes est inséparable de son histoire. Les chapitres généraux de 2005 et 2011 ont d’ailleurs réfléchi sur le thème de «Jeunes et vocations ». La pastorale des jeunes et l’animation vocationnelle vont en effet de pair. 

Il est donc nécessaire que nous nous posions des questions qui nous permettent d’améliorer nos expériences et notre manière de faire avec les jeunes auprès desquels nous exerçons nos activités pastorales :

Où en sont-ils nos jeunes après les grandes activités mondiales ou nationales auxquelles ils ont participé ? Comment vivent-ils leur foi dans le quotidien ? Prennent-ils leurs responsabilités de citoyen et de chrétien dans la société ou dans leur Eglise ? Que devons-nous faire pour que les jeunes aient une place dans nos activités pastorales et qu’ils deviennent ainsi des jeunes responsables qui soient capables d’assurer leur responsabilité au sein de leur famille, de l’Eglise et du pays ? Comment vivons-nous nous-mêmes nos activités et nos responsabilités pour que nous puissions amener les jeunes à répondre à l’appel de Dieu dans la vie religieuse, la vie sacerdotale, et à devenir des laïcs engagés ? Que nous devenions tous des serviteurs fidèles à qui le Seigneur confie ses jeunes ! C’est un des vœux que nous pouvons nous souhaiter en cette année 2019. 

P. Etienne RATALATA

Catégorie: