La Communauté de Manirisoa - Fianarantsoa

Chers frères lecteurs, c’est avec une  grande joie que nous vous partageons les nouvelles de notre communauté de Manirisoa par ce bulletin de la province. Il est bien de dire que nous sommes dans la période post-chapitre général et provincial. Notre vie communautaire est donc couronnée par la lecture des actes de ces deux grands chapitres nécessaires à notre congrégation.      Autrement dit, la direction de notre communauté n’est autre que la méditation ou la réalisation de ces chapitres. 

 D’abord, le commencement de cette année académique 2017-2018 a été anticipée par l’arrivée  de 5 jeunes religieux venant de terminer l’année canonique au noviciat de  Saint Agustín à Belemboka. Notre communauté est donc composée de 21 religieux étudiants dans le cycle philosophique au grand Séminaire de Vohitsoa et de 5  prêtres formateurs. 

Note vie commune a débuté par le chapitre local, animé par le Père Louis Martin, supérieur. L’ouverture du chapitre s’est faite en présence du père Provincial, Etienne Ratalata. Ce dernier a attiré l’attention de chacun à vivre rigoureusement la spiritualité d’alzonienne. Le chapitre que nous avons vécu nous servira de guide pour maintenir la cohésion et l’union dans la vie commune.

4 jours après la clôture de notre chapitre, les 250 jeunes étudiants du Grand Séminaire venant de 2 archidiocèses du sud de Madagascar et de 6 congrégations religieuses, se sont réunis dans la chapelle de Vohitsoa pour la messe du Saint Esprit. Cette messe d’ouverture a été présidée par Mgr Fulgence RABEMAHAFALY et a connu la participation active et vivante des évêques et des prêtres. Cette célébration s’est achevée par un jus concert.  

Cette année, nous nous sommes réjouis aussi à l’occasion de la fête des bienheureux martyres bulgares (Kamen, Pavel, Josaphat) et la naissance au ciel du vénérable Père d’Alzon. Cette fois ci, nous avons eu la présence du P. Provincial Etienne RAFANAMBINANTSOA et de son assistant Jean Cley RABARISON. Une bonne occasion pour nous de fêter avec le père provincial qui a présidé la messe, entouré de cinq prêtres Assomptionnistes de Fianarantsoa. Nous avons invité un représentant de toutes les communautés de la famille de l’Assomption dans la ville de Fianarantsoa, à savoir la communauté des Petites Sœurs d’Ampopoka et de Sahalava, la communauté de Manovohasina et d’Ampitakely. La célébration a été marquée par le partage d’un repas. Les joies de la fête se sont poursuivies par une rencontre sportive de basket-ball, dans l’après-midi, entre les pré-postulants d’Ankazobe et les scolastiques de Manirisoa. 

Vœux définitif de Frère Jean Aimé

Le 27 décembre 2017, après avoir bien solennisé la naissance du Seigneur, ce fut la célébration des vœux définitifs du frère Jean Aimé RASOLONJATOVO, à l’Assomption.  Jean Aimé avait prononcé ses premiers vœux en 2011.  Pendant ces 6 années d’engagement temporaire et de discernement, il a fait le choix d’une vie communautaire alzonienne chez les Augustins de l’Assomption, nourrie par la foi, l’espérance et la charité. Suite à la décision de la Province, c’est le scolasticat de Manirisoa qui a été choisi pour la profession de ses vœux perpétuels, en la fête de Saint Jean l’Evangéliste, son patron.

La Veille au soir de vœux définitif de frère Jean Aimé lors de la bénédiction de sa famille (Vêpres du 26 décembre 2017  au scolasticat de Manirisoa-Fianarantsoa). 

Il est bien de préciser ici qu’à l’Assomption, nous prononçons des vœux perpétuels mais non des vœux jusqu’à la mort (voady mandrakizay mais non voady mandrapahafaty). Dans ce cas, l’Ecriture Sainte, la tradition de l’Eglise et le magistère  reconnaissent les vœux dans la  vie religieuse comme étant d’inspiration évangélique. Les vœux de pauvreté, d’obéissance et de chasteté parcourent la même route de foi, d’espérance et de charité. Autrement dit, les vœux trouvent leur inspiration dans le Christocentrisme ou dans la réalité du Christ comme pôle d’existence.

 

Les vœux sont une réalisation de la vocation fondamentale du salut. Ils sont l’actualisation d’une vie heureuse avec Dieu. Ils sont des conseils évangéliques par lesquels le concile Vatican II a confirmé que les religieux étaient appelés par Dieu, vocation à laquelle ils répondent par la pratique des vœux.  Les religieux ont fait vœu de célibat en vue du royaume de Dieu. Suivre le Christ, c’est la norme fondamentale des vœux. Faire les vœux, c’est s’engager à suivre le Christ au plus près et avec une grande liberté : c’est un geste d’alliance.

La célébration  Eucharistique des vœux définitifs du frère Jean Aimé RASOLONJATOVO, à l’Assomption.  

Au scolasticat de Manirisoa-Fianarantsoa le 27 décembre 2017à 9h 30 mn.

Un grand nombre de religieux et de religieuses, ainsi que la famille de Frère Jean Aimé, tous les  voisins de notre communauté et de nombreux chrétiens s’étaient rassemblés à la chapelle de Manirisoa pour porter dans la prière l’engagement du Frère Jean Aimé. C’est l’archevêque, Mgr Fulgence RABEMAHAFALY, qui a présidé la messe, en présence de prêtres assomptionnistes. 

 

La prière, le repas et la détente fraternelle avaient été bien préparés par les diverses équipes. Pendant 5 jours, Frère Jean Aimé s’était préparé à sa profession par une retraite animée par le père Louis Martin RAKOTOARILALA, supérieur du scolasticat de Manirisoa. 

La veille de la profession de frère Jean Aimé, il y a eu  la  bénédiction, donnée par les parents. En même temps, frère Jean-Aimé a partagé son témoignage à la famille et à la communauté, réunies pour l’occasion dans notre chapelle à l’heure des vêpres. Il a dit  pourquoi il avait choisi la devise : « confiance, c’est Moi, n’ayez pas peur ! ». (Mt14, 27). La confiance dans le Seigneur est la clef qui lui a permis de vivre dans la justice et la paix : le Christ et le Père sont les seuls êtres capables de l’aider à se transformer. Mais pour être disciple du Christ, il faut manifester la persévérance dans la prière et la patience dans l’esprit de service. Sans la confiance,  la vie du religieux ou du ministre de l’Église est difficile. La confiance est fille de l’amour. Elle se traduit autant à l’égard de Dieu qu’à l’égard du prochain. Les deux rameaux sont inséparables. Mais ensemble, ils rendent forts et assurent la réussite de toute espérance. 

Commencée à 9h 30, la cérémonie de profession s’est terminée à 11h30. Le partage du repas s’est déroulé dans la grande salle de notre communauté. Notre provincial, le Père RAFANAMBINANTSOA Ratalata Joseph Etienne, a pris la parole pour remercier Monseigneur l’Archevêque, les prêtres, tous les membres de la famille et tous ceux qui ont participé à cette célébration. Il a encouragé Frère Jean Aimé à continuer jusqu’au bout ses études à l’Université Catholique de Madagascar d’Ambatoroka. Pour terminer, le père Louis Martin, supérieur de la communauté, a remercié également toute l’équipe d’animation : l’alliance des laïcs a.a., les familles de l’Assomption, les Fraternités de l’Enfant Jésus et tous les fidèles participants à cette fête.

Frère  Félix