Formation des jeunes prêtres et diacres

Après avoir célébré le jour de Noël chacun dans sa communauté, nous, les jeunes prêtres et les diacres, nous sommes réunis à Tuléar pour une session de deux jours. Nous avons partagé nos expériences, soit notre vie en tant que prêtres et diacres ou nos expériences pastorales, nos vécus quotidiens. Nous avons abordé aussi quelques thèmes comme la liturgie, les deux premières parties de l’exhortation apostolique du Pape (La joie de l’Évangile), et enfin le père Daniel CARTON a raffermi notre identité en tant que religieux prêtres assomptionnistes.

Durant le partage d’expériences, chacun de nous a dit que nous ne pouvons pas vivre seuls. Nous ne travaillons pas seuls, nous vivons en communauté et nos activités pastorales se vivent aussi en communauté. C’est la communauté qui nous envoie pour accomplir une mission. Nous collaborons vivement aux autres activités pastorales pour étendre le royaume de Dieu, selon notre devise. Le Pape a dit : « L’important est de ne pas marcher seul, mais de toujours compter sur les frères et spécialement sur la conduite des évêques, dans un sage et réaliste discernement pastoral ». Les responsabilités que la communauté ou la congrégation nous ont confiées nous apportent des expériences qui provoquent des joies, comme le dit le Pape dans son exhortation apostolique : « que les évangélisateurs soient les témoins de la joie de l’Evangile ». De temps en temps, il y a des difficultés dans la mission mais cela nous entraîne à chercher tous les moyens possibles pour arriver à nos objectifs. Il faut avoir un esprit missionnaire, dit encore le Pape, une Église en sortie. Il faut être audacieux et créatif pour la nouvelle évangélisation. Le fait aussi d’avoir des responsabilités multiplie nos expériences et améliore nos talents en tant qu’animateur et pasteur. Mais cela ne doit pas nous entraîner à l’orgueil ; au contraire il faut être simple dans nos rapports avec les chrétiens en tant qu’assomptionniste. Il faut avoir un esprit de famille en éduquant les fidèles. Il ne faut pas chercher l’intérêt personnel mais le désintéressement que notre fondateur, le père d’Alzon, nous invite à vivre.

P Aristide, a.a.

Catégorie: