Année canonique 2015-2016

Mon partage vécu au noviciat

« Aimes-tu l’Assomption ? »

           Telle est la question que nous avons essayé de méditer et de répondre pendant l’année canonique du noviciat. En effet, le noviciat est toujours considéré comme un temps de construction et d’approfondissement de la vie religieuse. Par conséquent, il exige une réponse exacte de la part de chacun de nous. En ce sens, quand je sortais du noviciat, je voudrais dire que j’ai vécu l’expérience de la vie de prière et de la rencontre. Car notre vie quotidienne est basée sur ces éléments pour se connecter et vivre profondément avec le Christ, source de notre vocation. De plus, le rythme de vie en communauté s’enracine beaucoup dans la vie de prière. Pour moi, le noviciat  m’a orienté beaucoup vers le Christ Jésus à qui nous offrons de manière radicale notre volonté. C’est en suivant ses volontés que nous nous engageons à obéir à l’Eglise et surtout à nous aimer les uns les autres comme des frères. Le temps du noviciat m’a aidé aussi à réfléchir et à faire une rétrospection pour vivre vraiment les conditions exigées par la consécration à la vie religieuse.

          Le noviciat est aussi un lieu où on cherche tout le moyen nécessaire pour consolider la vie fraternelle en communauté et pour porter, en prière, le souci et l’avenir de notre Congrégation. Donc, j’y apprends à  vivre comme Jésus en accomplissant les charges confiées par la communauté. D’autre part, je voudrais rappeler aussi que  c’était une grâce inoubliable pour moi de vivre au noviciat durant l’année de la miséricorde de Dieu qui a fortifié et vivifié ma vocation surtout pendant la marche biblique avec l’inter-noviciat. En effet, ceux qui ont participé à cette marche disaient que  c’est à cause de la miséricorde de Dieu qu’on a toujours le désir de se consacrer totalement au service du seigneur. Cela nous montre l’importance de la conversion personnelle qui nous guide vers un nouveau cheminement spirituel. Effectivement, tout le monde a profité de cette année jubilaire pour bénéficier de la grâce que Dieu opère à travers l’Eglise.

            Pour conclure ce partage, je me souviens toujours du conseil de notre maître des novices qui disait : « aimez la congrégation et maitrisez la relation avec autrui, soyez sociable ». Tout cela m’a aidé à vivre en toute liberté les vœux que je venais de prononcer le 29 septembre dernier grâce à l’entraide fraternelle de mes frères ainés et surtout le P Maitre qui était toujours là. Évidemment, nous avons répondu « oui » à l’Assomption pour étendre le règne de Dieu en nous et autour de nous. Pour cela, je tiens à remercier le P. maître des novices qui m’a toujours aidé à avancer. Que Dieu le bénisse pour qu’il puisse passer une bonne année de formation avec les nouveaux novices qui viennent d’arriver. Encore merci!              

Fr Denis a.a

 

Du noviciat au scolasticat : la formation continue

             Tout d’abord, je rends grâce à Dieu car j’ai eu le privilège d’accomplir ma formation au noviciat durant l’année de la miséricorde. Je constate que c’était une période avantageuse pour vivre intensément la vie intérieure. C’est-à-dire, un moment favorable pour consolider ma relation étroite avec le Christ à travers le sacrement de la confession et l’accompagnement spirituel régulier. Au terme du noviciat je comprends que chaque religieux a le devoir d’aimer la congrégation et la mission de l’Eglise. Toutefois, il faut connaître pour aimer, dit notre Fondateur. C’est principalement la raison d’être du noviciat: mieux connaître Jésus, le Père d’Alzon et la congrégation toute entière. C’est au noviciat qu’on peut fonder  une vie intérieure solide, une valeur qui engendre la réflexion personnelle et la relation intime avec le christ. Je suis convaincu que s’il n’y a pas de vie intérieure solide il n’y a pas de mission réussie. Ensuite, le noviciat est la base de la vie religieuse par laquelle nous pratiquons les conseils évangéliques de chasteté, de pauvreté et d’obéissance à la manière de notre Fondateur

        

   En prononçant mes vœux, le 29 septembre dernier, je peux dire que je suis incorporé dans la Congrégation Assomptionniste. Cela signifie que je partage les mêmes obligations et droits avec tous mes frères. Actuellement je fais partie de la communauté du scolasticat de Manirisoa, je continue ma formation en étudiant spécifiquement la philosophie.

         

              Pour terminer, je voudrais affirmer que comme Assomptionniste, je dois toujours harmoniser ma vie spirituelle avec ma vie intellectuelle. Cela veut dire que je suis appelé à être un homme de foi et un homme d’étude puisque ma première mission est surtout de me concentrer aux études. Je suis invité aussi à donner un témoignage de vie religieuse Assomptionniste dans la communauté et là où je fais mon apostolat. Pour cette année, je fais mon apostolat à la Paroisse Française d’Ambatomena. Plus précisément, j’enseigne la catéchèse aux enfants qui se préparent à recevoir la première communion. C’est la communauté qui m’envoie en mission. Ainsi, je donnerai le meilleur de moi-même pour l’extension du Règne de Dieu en nous et autour de nous.

Fr  Tojo , a.a

 

ANNÉE CANONIQUE 2015-2016

            Partageant mon expérience durant le noviciat, je voudrais rappeler que pendant plusieurs années, la maison du noviciat de Tuléar était rattachée à la communauté Saint Georges de Belemboka. C’est seulement le 28 août 2015 que la Province a érigé canoniquement le « Noviciat St Augustin » comme une nouvelle communauté. Durant l’année de formation 2015 – 2016, nous étions quatre novices qui avons commencé cette nouvelle expérience avec le Père Lucien Telolahy comme supérieur de la communauté et nouveau maître de novices. Notre année canonique du noviciat aussi a coïncidé avec le Jubilé extraordinaire de l’année sainte de la Divine Miséricorde. Je cite spécifiquement cette coïncidence parce que cette année sainte m’a aidé à vivre effectivement ma consécration au Seigneur durant ce temps du noviciat. C’était surtout un moment favorable pour moi de bien faire le discernement spirituel et vocationnel sur ma vocation à l’Assomption. Le noviciat m’a permis de discerner profondément en prière mes motivations et mes convictions personnelles, pour devenir religieux assomptionniste, sous l’égide de la Sainte Trinité et par l’intermédiaire de notre maître des novices.

         « J’AIME L’ASSOMPTION », telle est ma conviction. Toutefois, Ce n’est pas moi qui ai choisi l’Assomption mais c’est Dieu lui-même qui m’a appelé car il est la source de ma vocation, Il m’a donné l’Assomption. Dans l’Assomption, je suis convaincu que notre fondateur, le P. d’Alzon est vraiment saint et nous prions toujours pour que l’Eglise reconnaisse officiellement sa sainteté. Et nous, Assomptionnistes, sommes invités à avoir la fidélité envers lui (RV I, 1). Après notre Seigneur Jésus Christ qui est le centre de notre vie, c’est le P. d’Alzon qui est notre deuxième maître et guide spirituel. La richesse de ses instructions contenues dans les Écrits Spirituels me conduit sur un chemin de conversion pour être un bon religieux.

 

        Pour terminer, je veux toujours vivre ma vie religieuse dans l’Assomption grâce à la vie commune simple et cordiale, ainsi que le charisme sans frontière de cette Congrégation. Je peux dire que mes expériences au noviciat constituent un fondement et une préparation adéquate qui me permettent de vivre efficacement ma vie religieuse en général, et surtout en se référant à la pratique de toutes les théories de la vie religieuse assomptionniste. Je remercie sincèrement notre maître des novices qui m’a aidé à grandir dans ma vocation. Je lui souhaite une bonne année de formation avec les nouveaux novices qui viennent nous remplacer au noviciat.

Fr Claude Orlando

 

MA VIE AVEC LE CHRIST

         Pendant le temps du noviciat, j’ai vécu un moment inoubliable dans toute ma vie. J’ai pu découvrir l’identité, la spiritualité, et tout ce qui concerne la vie religieuse Assomptionniste. Le temps du noviciat était particulièrement consacré à la prière, à la rencontre et au partage. Alors j’ai profité de ce moment important pour affermir et illuminer ma vocation. C’était une occasion pour moi de prier Dieu pour ma vocation, pour la mission de la Congrégation et pour le monde. J’ai pu dépasser et combattre mon caractère qui mérite de changement. Le silence que nous avons vécu au noviciat m’a aidé à vivre l’intériorité et le recueillement, c’est-à-dire à cultiver en moi d’abord le Règne de Jésus dans la contemplation de son mystère. Je peux dire aussi que ce temps  m’a aidé à vivre plus étroitement avec mon frère qui partage le même appel du Christ que moi. Nous venons de diverses régions de Madagascar mais rassemblés par une même vocation pour vivre ensemble dans une même Congrégation et pour nous accueillir les uns les autres comme des frères.

         Durant l’inter-noviciat, j’ai pu découvrir aussi l’entraide qui s’établit entre les novices de différentes Congrégations et les formateurs. Nous avons vécu le des moments de partage fraternel c’est-à-dire, la manière de vivre de chaque Congrégation à la suite de Jésus Christ qui nous appelle, son histoire et sa particularité par rapport aux autres Congrégations, son charisme, sa spiritualité. Tout cela nous a aidés à vivre notre vocation religieuse en toute liberté. La marche biblique d’Antseva à Manombo m’a rappelé le passage des fils d’Israël au désert vers la terre promise. Cela nous rappelle que nous avons traversé aussi le désert au noviciat pour former notre esprit, notre âme afin que nous puissions témoigner de la Bonne Nouvelle de Notre Seigneur. Nous avons médité spécifiquement sur le thème : « Ho mpamindra fo tahaka ny Ray » qui n’est autre chose que le thème de l’année sainte de la miséricorde de Dieu. Il évoque que Dieu pardonne toutes nos fautes, mais nous ne regardons pas assez le visage de Dieu dans la nature et dans toutes les créatures qui nous entourent en les détruisant. Nous avons terminé cette marche biblique par un mémorable événement qui restera pour toute ma vie. C’était vraiment un pèlerinage qui m’a aidé à comprendre le sens profond la miséricorde de Dieu.

            Personnellement, je voudrais signaler aussi une autre chose qui m’a marqué durant ce temps du noviciat. Car j’ai eu la chance de passer trois semaines de stage apostolique à la Communauté d’ Androka. Nous savons que notre Congrégation a décidé de passer au clergé diocésain de Tuléar l’animation pastorale du district d’Androka. Pour cette raison, les membres de cette communauté ont quitté définitivement ce poste au mois de septembre dernier. Alors j’étais le dernier novice qui ai fait le stage apostolique du noviciat à Androka. J’ai pu observer la manière de vivre de nos frères dans leur engagement pastoral. La petite communauté  était composée de trois religieux qui ont centré cet engagement en deux activités principales : La paroisse d’Androka elle-même avec des communautés chrétiennes de brousses et les écoles de brousse. Ils étaient en collaboration avec les sœurs de Saint Paul de Chartres. J’étais particulièrement marqué par la coresponsabilité et l’entraide entre nos frères et les sœurs car ils avaient un même but : la gloire de Dieu et le salut des âmes. J’ai eu la chance de visiter l’Eglise de Fanambosa qui est à l’extrémité du Diocèse de Tuléar. Une communauté avec tout au plus une quarantaine de chrétiens. Les religieux ont montré le zèle apostolique selon l’esprit de l’Assomption face aux difficultés qu’on doit affronter, comme la route sablonneuse, la distance et la pratique de la religion ancestrale etc... J’ai participé au culte œcuménisme qui a eu lieu la veille de la célébration de la fête de l’indépendance. Cette prière s’était déroulée à l’Eglise St Vincent de Paul d’Androka.

          J’ose affirmer que j’ai vécu l’expérience de Dieu dans le silence et dans la communion avec mes confrères. J’ai participé au partage fraternel à travers lequel ils organisaient leur apostolat. Pour terminer, je peux dire que c’est le temps du noviciat canonique qui se termine mais la formation continue toujours car, selon notre Fondateur, « nous sommes des novices perpétuels ».

Fr Nathanel, aa

Catégorie: