« Êtes-vous Saint ? »

Un religieux assomptionniste, le plus âgé de la province de Madagascar, a l’habitude de taquiner ses jeunes frères par la question « Es-tu saint ? ». Pour ceux-ci, cette question est embarrassante. Répondre catégoriquement oui ou non est évidemment impossible ; aussi répondent-ils le plus souvent : « Peut être ».

           Dieu appelle tous les hommes à la sainteté. Saint Paul lui-même ose appeler saints tous les baptisés qui sont unis, par la grâce du baptême, au Dieu, le seul saint (Eph1,1 ; Phil.1,1 ; Col.1,2). Celui qui veut répondre à l’invitation de Dieu et souhaite ainsi marcher sur le chemin de sainteté doit s’efforcer de recevoir l’Esprit Saint et accepter d’être, par lui, en communion avec le Christ. On peut voir dans la vie des hommes et des femmes qui ont été déclarés par l’Eglise saints ou bienheureux un exemple de vie de pureté et de sainteté, animée par l’Esprit et par la parole de Dieu.

Le Pape François a déclaré le 2 mai 2017 Lucien Botovasoa (1908-1947) martyr de la foi et de la charité et bienheureux. L’Église catholique a organisé plusieurs manifestations culturelles, cultuelles, et spirituelles pour préparer et vivre la célébration de la béatification de ce martyr malagasy. Plusieurs dizaines de milliers des chrétiens venant de tous côtés de la grande île ont pris les chemins qui les menaient à un petit village de Vohipeno pour y participer à la cérémonie de béatification de cet ancien instituteur, laïc. Les assomptionnistes à Madagascar y ont été représentés par une vingtaine de religieux.

           Effectivement, Lucien a répondu à l’appel universel de Dieu à la sainteté dans sa manière de vivre quotidiennement son engagement baptismal. Il a en effet été baptisé à l’âge de 14 ans. Les 39 années de sa vie sur terre lui ont permis ainsi de cheminer et d’atteindre le chemin de la sainteté. Il a mené une vie simple, sobre, animée par l’amour de prière, l’ascèse. Il a cherché à vivre dans la justice et dans la vérité. Ainsi a-t-il refusé de participer à la manière de faire la politique avec un esprit plein de mensonge et d’égoïsme. Il fut également un homme de foi et d’unité qui a su unir et rassembler dans un même projet chrétiens, musulmans, et hommes qui n’ont pas encore rencontré la foi chrétienne. Ainsi a -t-il osé donner sa vie et a-t-il été décapité pour avoir fait régner la justice, l’amour et pour être fidèle jusqu’au bout à la volonté de Dieu.

            Par ses fonctions d’instituteur dans une école catholique, Lucien a servi la société dans laquelle il a vécu, il a fait vivre sa famille et s’est ainsi sanctifié. Il a montré en effet dans sa manière de vivre et d’exercer ses fonctions qu’il était enseignant et formateur. Sa manière d’agir et de travailler n’est pas sans ressemblance avec ce que le Père Emmanuel d’Alzon a fait et dit.

           On pourrait donc voir dans la vie de ce martyr la spiritualité et le charisme hérités du fondateur de notre congrégation. Aussi les assomptionnistes pourraient-ils prendre comme exemple des traits de vie de ce martyr de Dieu. La directive de vie que le Père Emmanuel d’Alzon a recommandée aux membres de l’institution permet de les conduire vers le chemin de la sainteté. Nous sommes donc invités à faire des efforts pour apprécier notre fondateur et pour adhérer ainsi à son enseignement en suivant le chemin de sainteté qu’il nous a prescrit et en priant pour que l’Eglise reconnaisse sa sainteté de vie.

P. Etienne RATALATA

Catégorie: