Bienvenue sur Assomption Madagascar

« Habituer les enfants à suivre le bon chemin !»

Ce titre contient un message qui nous invite à nous plonger de manière directe ou indirecte dans le secteur de l’éducation. Dans la grande île où les enfants et les jeunes représentent un grand pourcentage de la population malgache, une grande responsabilité quant à l’éducation incombe à l’État et à l’Église. L’avenir du pays dépend en effet, entre autres de la bonne éducation qu’obtiennent les enfants et les jeunes. Il a sérieusement besoin d’hommes bien éduqués spirituellement, humainement et socialement pour développer son économie et pour améliorer le niveau de vie de son peuple.

La vie éducative traverse pourtant ces derniers temps une période assez difficile et précaire. Se sentant oubliés, ignorés, exploités, mal payés dans l’exercice de leur métier, des enseignants, des instituteurs de plusieurs établissements d’état réclament l’amélioration de leurs conditions et, entre autres, la hausse des indemnités de craie, de logement, l’alignement de la grille indiciaire. Plusieurs enfants et jeunes sont victimes de cette crise, car ils ne peuvent plus poursuivre les enseignements qu’ils avaient commencés alors que certains d’entre eux doivent se présenter aux examens d’état qui sont déjà programmés selon le calendrier prévu avant la grève des enseignants.  Leur année scolaire se voit ainsi compromise et leur avenir menacé.

Selon l’héritage que nous avons reçu du Père d’Alzon et selon la tradition de notre congrégation le développement du secteur de l’éducation constitue un défi des assomptionnistes à Madagascar. En dehors du centre éducatif et social de l’AMIKA, et des écoles dans le district de Nasandratsony, district desservi par les assomptionnistes dans la province de Fianarantsoa, actuellement l’effectif des enseignants laïcs qui collaborent activement avec les assomptionnistes dans les écoles des districts de la région sud du diocèse de Tuléar, le fief des assomptionnistes et dans le collège assomptionniste qui se trouve à Ejeda, n’est pas loin d’atteindre quatre-vingts. Convaincue de l’importance de l’éducation dans le diocèse, la congrégation a accepté que ces écoles fassent partie de ses œuvres mobilisatrices. Des gens de bonne volonté et des bienfaiteurs venant de l’extérieur du pays collaborent avec les Assomptionnistes pour assurer le fonctionnement de cette œuvre mobilisatrice de la congrégation.

Les assomptionnistes qui travaillent dans ces écoles font tout leur possible pour que celles-ci puissent réaliser et assumer leur mission éducative auprès de population la plus reculée de la grande île. Ils y rencontrent parfois des difficultés majeures liées au manque de moyens financiers et matériels, à l’état des routes qui ne cesse de se dégrader. Viennent s’ajouter à ces problèmes les difficultés liées à la vie sociale et culturelle de la population. Les parents ne cherchent pas à envoyer leurs enfants à l’école. L’éducation scolaire ne représente pas pour eux une grande importance. Ils préfèrent que les jeunes garçons gardent le troupeau de zébus !

Malgré les difficultés auxquelles nous devons parfois faire face, nous devons en tant qu’assomptionnistes considérer comme une de nos priorités l’éducation et la formation des enfants et des jeunes dans tous les secteurs où nous travaillons : district, paroisse, aumônerie…

Le travail qui nous attend est difficile, car l’éducation que nous proposons concerne l’homme et tout homme, c’est-à-dire l’homme dans toutes ses dimensions : biologique, spirituelle, sociale, éthique. Il s’agit d’une éducation intégrale de l’homme. Devant la complexité de notre mission nous ne devrons pas baisser les bras mais trouver des moyens pour bien assumer notre mission d’annoncer la bonne nouvelle dans le secteur de l’éducation. Cela demande donc un esprit de créativité, de l’initiative et de la persévérance. Il nous est nécessaire également d’approfondir notre connaissance du charisme de l’Assomption et de chercher aussi le moyen de l’actualiser dans le temps où nous sommes. Combiens d’entre nous utilisent actuellement les outils que la congrégation a produits pour que notre apostolat éducatif puisse produire des fruits ?  Combiens d’entre nous cherchent à mettre en pratique les décisions prises lors des chapitres généraux et provinciaux concernant l’éducation ?   

Si nous acceptons d’être conduits et animés par l’amour de la patrie et par le désir de vivre selon le charisme et l’esprit de l’Assomption nous ne serons pas des hommes qui œuvrent seulement pour leur bien personnel mais des éducateurs et des formateurs pour les familles, la nation et l’Eglise. Alors unissons notre force et notre ambition pour : « Habituer les jeunes à suivre le bon chemin ».

P. Etienne RATALATA

Catégorie: 

Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant.